Mis à jour le 21-Déc-2011 9:57
 
 
 
 
COURIER DE MONSIEUR JEAN PITALIER, PRESIDENT DE LA FFC

Mesdames et Messieurs les Membres du Conseil d’administration de la FFC
Messieurs les Présidents des comités régionaux

 

 

N/Réf. : 2008-361/JP/ML
Tél. : + 33 1.49.35.69.36                                                         Rosny-sous-bois, le  2008
Fax : + 33 1.48.94.58.69
E-mail : ffc.jean.pitallier@wanadoo.fr

 

 

Chères Amies, Chers Amis,

 

Je prends connaissance çà et là de différents courriers et interventions relatifs à l’avenir de notre Fédération.

 

Je ne souhaite pas m’immiscer dans ces échanges. Je regrette simplement que l’on démarre une campagne électorale de cette façon. Chacun d’entre nous sait très bien que, dans la vie, rien n’est facile. Tout le monde s’est employé, et ce de tout temps, à faire fonctionner notre Fédération dans les meilleures conditions.

 

Tout licencié de la FFC peut se porter candidat à la présidence de la FFC, cela ne pose aucun problème. Pour autant, cela n’autorise pas les jugements hâtifs et non objectifs.

 

Par exemple, asséner que la situation financière de la Fédération est catastrophique n’est pas la vérité, même si cette dernière est toujours structurellement fragile et cela, malheureusement de tout temps. L’équipe dirigeant actuelle a du faire face à des problèmes qu’elle avait réussi à endiguer en reconstituants année après année les fonds propres de la FFC et ce jusqu’à la condamnation relative au dossier SULPICE. En dépit de cela, grâce à une gestion rigoureuse et l’apport d’un partenaire privé que le Président fédéral, et lui seul, ait allé chercher, la situation financière à la fin de ce mandat sera saine et les comptes équilibrés, voire sans doute positifs. Voilà la vérité !

 

Au niveau, des assurances, nous avons dû enregistrer de lourds sinistres ces derniers mois et n’importe quelle société d’assurance doit prendre des mesures pour faire face à cette évolution des accidents que nul ne peut maîtriser. Il faut aussi souligner que les contentieux de plus en plus nombreux, s’orientent bien souvent vers le défaut de conseil et que là nous sommes tributaire de la jurisprudence. Là aussi, il était indispensable de prendre des dispositions. Je sais qu’un petit noyau considère que ce dossier a été mal géré. C’est facile à dire mais pas aussi évident à faire ! Un nouvel appel d’offres n’est pas exclu. Avant cela, une consultation auprès d’experts a été lancée conformément aux décisions du Conseil d’Administration. Au vue des résultats de cette expertise, le Conseil d’Administration aura à se déterminer quant à l’opportunité de lancer un nouvel appel d’offres.

 

S’agissant des équipements sportifs, c’est moi qui ai décidé de mettre en place un groupe de travail pour imaginer l’avenir et les orientations à prendre. J’ai lancé le projet de construction de cinq vélodromes couverts sur notre territoire, projets qui sont bien avancés puisque certains devraient même aboutir pour 2012 ou 2013. Actuellement, nous avons des personnes compétentes qui ont en charge des dossiers spécifiques. Toutefois ne soyons pas impatients, ces projets étant de longue haleine. En outre, j’ai également en ma possession des éléments pour envisager diverses autres orientations, comme des centres régionaux cyclistes à des niveaux différents.

J’avais mis en place une commission pour le développement et la stratégie pour des ressources nouvelles dans le secteur du marketing. Trouver des idées c’est bien,  mais il faut aussi trouver le partenariat financier qui les accompagne. Des idées, chacun en a plein la tête mais il faut aussi les concrétiser et nous savons tous que rien n’est facile. Les membres de cette commission ont pu d’ailleurs se rendrent compte des obstacles rencontrés ; toutefois, que chacun sache que nous n’avons jamais rejeté les propositions qui ont pu nous être présentées.

Malgré ces difficultés, et afin d’accompagner l’engouement du BMX chez les jeunes, un plan de développement a été mis en place à l’attention des clubs et des collectivités, plan dont le financement a également été trouvée grâce à l’engagement à nos côtés de la fondation de la Française des Jeux.

Ma modestie dusse-t-elle en pâtir mais personne jusqu’à ce jour n’a autant « mouillé » la chemise comme je l’ai fait pour défendre le cyclisme en général, notamment dans la querelle entre l’UCI et ASO (Tour de France), ce qui m’a valu d’ailleurs une procédure disciplinaire d’envergure et des attaques personnelles inqualifiables.

La critique est toujours facile, mais pour le BMX actuellement, qui soutient le projet d’un plan de développement avec la collaboration de La Française des Jeux ? Qui a été chercher un million d’euros (soutien financier conséquent) pour nous aider à faire face aux difficultés financières que nous traversons au niveau de la Fédération ? Pas un Président dans l’histoire de la Fédération n’avait obtenu ces appuis significatifs.

Alors arrêtons de disserter sur les capacités des uns et des autres à diriger la Fédération. L’important est ailleurs comme, par exemple, la consolidation de la structure financière de la FFC ainsi que la recherche de ressources nouvelles qui constituent et constitueront pour n’importe quelle équipe dirigeante deux axes prioritaires, car chacun à un moment ou un autre sera confronté à ces deux réalités incontournables.

Serrons les rangs…….et restons unis car le cyclisme et la Fédération ont plus que jamais besoin de la solidarité de tous.

 

Je vous prie d’agréer, Chères Amies, Chers amis, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

 

 

Jean PITALLIER
Président de la F.F.C.

     
 
*Tous droits réservés Réalisation www.prodvideo.com *